Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Plaisir d'écrire

Mon rêve avec Lady A.

30 Juillet 2021 , Rédigé par Plaisir d'écrire Publié dans #Erotica

Chère lectrice, cher lecteur.
 
Voici un récit érotique que j'ai écrit en collaboration avec mon amie Lady Annia.
Pour pouvoir lire mon rêve mais de son point de vue, c'est par ici, cliquez sur le lien en marge du texte.
 
Bonnes et libidineuses lectures à vous...
------------------------------------
 
Qu'est-ce qu'elle est belle, cette jeune femme que j'ai rencontré sur Twitter... Dire que nous sommes dans cette jolie chambre à l'Ibis Styles Cathédrale et que nous allons...
Elle est arrivée tout à l'heure à Boulogne-Ville. J'ose à peine imaginer à quel point ça a été long pour elle. Une dizaine d'heures de train, et je ne parle même pas des correspondances... Le plus important, c'est qu'elle soit là et qu'elle soit heureuse. La-dy. Elle est là POUR MOI. Elle est belle. Ses cheveux bruns sont lâchés et ils lui arrivent aux épaules. Ses yeux brillent et elle est subtilement, sobrement maquillée. Je vois le petit piercing qu'elle a à la narine. Je la regarde. Je la déshabille, je la caresse avec les yeux. La finesse de la jolie robe noire qu'elle porte ne parvient pas à cacher l'opulence de sa poitrine. C'est ce que mes yeux captent. Lady A. le voit, ça. Elle me laisse faire. Elle me plaît, c'est aussi simple que ça. Je reconnais que j'ai rêvé de ce moment où l'on se verrait, où désormais on serait plus que des connaissances. Je relève la tête. Je la regarde, Lady A. L'expression de ses yeux est indéchiffrable.  Dans l'ascenseur, nos baisers ont été pudiques. Soit. Désormais, dans cette jolie chambre, il va en être autrement...
 
- Andrecito... Ne fais pas le timide. Tu sais pourquoi je suis là. Tu as envie de moi. Je le sais. Et tu sais comment je le sais? Nos échanges... Comment tu m'as décrite dans ton histoire Ô belle demoiselle, avec Veronica... Là, tu me caresses et tu me manges avec les yeux. Ne dis pas le contraire. Et... Je veux te dire quelque chose.
- Je t'écoute, Lady.
- Moi aussi, j'ai envie de toi, Andrecito.
- Oh...
- Oui, tu m'as bien entendu. J'ai... en-vie... de... toi.
Ni une, ni deux, la jeune femme me prend par le col de ma chemise et elle m'embrasse. L'haleine de la Lady était mentholée. À travers notre étreinte et notre baiser, à travers le regard de Lady A. et son geste d'il y a quelques instants, la jeune femme ne cache pas l'ardeur et l'excitation qui prennent possession d'elle. Dire que nous ne faisons que nous embrasser... Si, dès les premiers baisers, Lady A. est chaude, qu'est-ce que ce sera quand nous passerons aux choses sérieuses? J'ose à peine imaginer. Pourtant...
 
Nous nous embrassons, nous nous touchons, nous nous caressons par-dessus nos vêtements. Je suis bien. J'espère qu'elle aussi, elle l'est. Je retire brièvement mes lèvres des siennes. Elle me regarde. Elle ne semble pas comprendre. Je retire ma main de ses reins et je pose mon majeur gauche sur sa bouche.
 
- Chut, Lady... Laisse-moi te regarder. Laisse-moi voir comment tu es. Tu es belle. J'ai envie de toi.
 
Lorsque je lui ai dit que j'avais envie d'elle, Lady A. m'a regardé de la tête aux pieds, sans rien dire et s'est remise à m'embrasser. L'association de ses premières caresses et de ses baisers me fait définitivement perdre la tête. J'ai chaud, je tremble. Je suis en émois, j'ai la chair de poule. Ses doigts et son piercing à la langue me mènent déjà à ma perte. Ce n'est que le début... Ce n'est que pur délice de sentir la main curieuse de la jeune femme sur ma peau. Sans faire de jeu de mot, elle fait main basse sur moi. C'est agréable. Je la regarde dans les yeux. Sans dire un mot, je veux qu'elle continue son voyage sensuel sur mon ventre. Je suis à elle...
 
Je suis nu. Entièrement nu. La jeune femme tourne autour de moi. C'est elle qui m'a déshabillé. Je bande comme ce n'est pas permis. Elle, elle est encore habillée.
Je suis nu et je ne porte plus rien pour cacher l'érection que j'ai. Je regarde Lady A. Je ne lâche pas ses yeux.  Cette érection, c'est elle qui me la procure. C'est pour elle que je bande. Elle me donne envie. Oui. Tout à l'heure, dans la cabine de l'ascenseur, une fois les modalités du check-in réglées, nous avons réfréné nos ardeurs par respect pour la bienséance, le personnel ainsi que les clients de l'hôtel. Les baisers que l'on s'est donnés ont été pudiques. Doux. Malgré la pudeur et la bienséance, nous avons commencé quand même à aiguiser une sensualité qui va nous être propre ce week-end. En y repensant, c'était bien, ainsi. Et là, dans la chambre peinte avec des couleurs vives, chaudes qui rappellent l'été, je suis un papillon qui s'est perdu d'ores et déjà dans les filets de la jeune femme qui me fait face. Un papillon qui s'est volontairement laissé capturer. L'adage ne dit-il pas que "l'homme est faible"? J'ai entendu ça quelque part, il y a quelques années. Depuis notre rencontre à l'automne dernier, ses textes et ses clichés n'ont de cesse de me plaire. Et dieu sait qu'elle le sait, ça. Sous son charme.
 
Je suis allongé sur le dos, entièrement nu. Lady A. m'a poussé sur le lit. Elle, elle se tient debout et elle ne me lâche pas d'une semelle. La couette et les draps sont frais. Le contact avec ma peau nue est exquis. Les cheveux lâchés et les yeux pétillants, Lady A. me regarde dans les yeux. Impossible de détourner le regard. Elle est une Joconde des temps modernes. Je ne suis pas au musée du Louvre. NOUS SOMMES dans cette suite de l'Ibis Styles Cathédrale. Je suis clairement la proie de Lady A. Celle-ci détourne un instant les yeux de moi et elle les plonge sur l'écran de son téléphone. Celle-ci est connecté à l'écran plat dernier cri de la télé. Elle s'en est occupée tout à l'heure. Là. Elle appuie sur l'écran tactile de son portable. Je sais ce qu'elle fait... Elle aime vivre ses journées en musique. Elle aime... faire l'amour en musique. Je le sais. J'ai lu avec délectation Une histoire pas comme les autres (https://mysluttyside.com/une-histoire-pas-comme-les-autres/). On en a parlé sur Twitter puis en privé. Des notes électroniques, une voix aiguë... Lost in the Fire de The Weeknd... Là. Oh... On est dans le vif du sujet.
 
- Andrecito... Regarde-moi. Détourne pas les yeux. Profites...
 
La brunette latina porte une main derrière son dos et j'entends clairement une fermeture éclair qui s'abaisse. Elle met la main sur son épaule gauche et avec sensualité, elle prend son temps pour faire descendre la robe noire qu'elle porte. La voir faire comme ça, ça me donne encore un peu plus l'eau à la bouche. Ça me donne surtout inexorablement envie d'elle. Je salive. Lady A. est sensuelle. Comment être insensible à tant de grâce et de classe? Comment résister à une jeune femme, belle comme elle? Pas possible. Tout simplement pas possible.
 
Lady A. se tient debout face à moi. Son regard est intense. Je suis incapable de bouger. Pourtant, rien ne m'entrave. C'est juste que... ses yeux ainsi que les sous-vêtements et le collier-fouet qu'elle porte aujourd'hui me clouent sur place. Elle porte un soutien-gorge rouge au liseret noir qui met sa poitrine généreuse en valeur et le string assorti. En dentelle, ça va de soi. J'en ai le souffle coupé. Je ne suis pas au bout de mes surprises. Je n'en sortirai pas indemne...
 
Lady A. a adopté une posture féline qui m'émoustille au plus haut point. On dirait une tigresse et ses seins ballottent au moindre de ses mouvements. Moi, je suis toujours dans la même position. Je ne bouge pas d'un poil. Femme fatale avec son regard intense et ses lèvres rouge passion, Lady A. et sa beauté me subjuguent. Je bande comme ce n'est pas permis. J'en ai mal. C'est dire... Qu'elle abrège mes souffrances! La belle braque ses yeux dans les miens. Je n'arrive plus à émettre le moindre son tellement j'ai le souffle coupé par la beauté de ce que je vois. Son décolleté généreux est particulièrement mis en valeur. Ses seins s'agitent et le collier-fouet orne majestueusement leur creux. Je l'ai reconnu facilement, ce collier. Tout comme je réalise d'ailleurs à quel point Lady A. connaît mes penchants, en particulier mon amour des poitrines. Ce n'est un secret pour personne. 
 
- Andrecito... Calme-toi. Tu me comprends? ¿Entiendes? Le temps de chercher... quelque chose dans mon sac... Ça va t'émoustiller. De toute façon, il y a peu de choses qui ne t'émoustillent pas. N'est-ce pas ?
 
J'ai hoché la tête.
 
Ma tête est collée à l'oreiller. "L'homme est faible", l'adage dit. L'adage dit vrai, alors. J'ai vu Lady A. sortir de son sac le sachet de bonbons pétillants pour le sexe oral, ces fameux "sucres pétillants" de chez Pipedream. Mon compte était bon... Je sais que le sexe oral est l'un de ses péchés mignons. Je suis servi. Sous mes yeux, elle a ouvert le sachet et elle a avalé des bonbons. Elle m'a dit qu'ils étaient à la pomme verte. Ajoutez à cela son piercing à la langue... Ce n'est que pur délice. Un supplice qu'elle aille et qu'elle vienne, qu'elle me prenne. L'espace d'un instant, je pense à nos projets pour ce week-end. Et puis j'oublie tout quand elle passe et repasse sur mon gland et qu'elle me titille là. J'aime d'ordinaire qu'une femme me suce. Mais là... C'est tout autre chose. J'adore!
 
- Andrecito... Continue de t'exprimer comme tu le fais. Là. Comme... ça. Je te donne du plaisir. Tu vas faire de même pour moi...
 
Lady A. est on-ne-peut-plus cambrée. Je sais pourquoi. Ses seins me plaisent, ils m'émoustillent. Nos projets pour le week-end... Du tourisme, des moments privilégiés, des promenades. Du sexe. En parlant de sexe... Il me paraît évident que je vais les honorer, à un moment ou à un autre, ses seins. Ce serait leur faire injure que de les délaisser. Et puis... Ils sont sensibles. Elle me l'a dit. Elle aime qu'on les lui empaume délicatement, qu'on les lui lèche. Ce n'est que partie remise... Elle me suce, elle fait des va et vient.  Elle s'en donne à coeur joie. Le plaisir monte crescendo en intensité. Je suis une poupée de chiffon. Notre dîner ce soir à l'Ilôt Vert... Le Château-Musée... La plage... La haute ville... Le casino... Le port... J'oublie tout. Je regarde Lady A. Je la supplie. Je la supplie... de me faire jouir.
 
- Eh oui! Je ne vais pas te faire jouir! C'est toi qui vas me donner du plaisir D'ABORD. 
 
Elle se met à califourchon sur mon visage et s'assoit dessus en faisant attention de mettre son sexe bien sur ma bouche. Elle tire avec douceur sur la dentelle de son sous-vêtement et son sexe apparaît. Il est... beau. J'ai compris. Je ne réfléchis pas. Je tends la langue. Là.
Lady A. pousse un gémissement éloquent.
 
- Andrecito... Amène-moi jusqu'à l'orgasme... TOUT DE SUITE!!!!!!!!!!!!
 
La jeune femme halète sous mes coups de langue.
 
I Put a Spell on You de Annie Lennox... C'est la chanson qui résonne désormais dans la chambre.
 
Deuxième round...
Peu importe ce qu'il va se passer, ce n'est que le début. Je le sais. C'est un week-end des plus libidineux qui s'offre à nous. Mais là, c'est tout pour elle. Rien que pour elle.
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article